Chaque Québécois doit plus de 34 000 $ au provincial seulement

Vaut mieux en rire!

Nouvelle devise du dollar canadien : Un de perdu, dix d’empruntés. - Michel Beaudry

________________________________________________________________________

19 novembre, 2010

La réflexion du jour

...... si un fermier veut vendre ses produits, il doit obligatoirement les vendre d’abord à l’UPA, qui ensuite les revend sur le marché. S’il vend une partie de ses produits à une boucherie, fromagerie, locale, sans l’aval , il se retrouve donc automatiquement dans l’illégalité. Si un producteur veut augmenter son revenu familial (en ajoutant, disons, deux vaches à son troupeau), il doit verser une lourde somme pour acheter des quotas (car c’est contingenté, les vaches). On peut presque dire que l’agriculture au Québec, c’est soviétique. --- L'Union Paysane

(NDLR : L'interventionnisme égale perte de liberté.)

Aucun commentaire: