Chaque Québécois doit plus de 34 000 $ au provincial seulement

Vaut mieux en rire!

Nouvelle devise du dollar canadien : Un de perdu, dix d’empruntés. - Michel Beaudry

________________________________________________________________________

25 janvier, 2009

Le rire n’est pas encore taxé, profitons-en

Le retour des déficits budgétaires nous promet un avenir difficile. Malgré tout, il ne faut surtout pas laisser la morosité chasser notre bonne humeur. Par les temps qui courent, il est plus important que jamais de se rappeler la maxime : contre mauvaise fortune, bon coeur.

Le rire nous détend et contribue à maintenir un bon équilibre mental et une bonne santé. Si on passe une journée entière sans rire, on risque des maux de tête et toutes sortes d’ennuis relié au stress.

Comme l’a si bien dit Yvon Deschamps : Vaut mieux être riche et en santé que pauvre et malade. À défaut d’être riche, essayons au moins de conserver notre santé. Surtout qu’on ne peut pas compter sur le système de santé si on la perd.


C’est sûr qu’il n’est pas facile de garder sa bonne humeur lorsque confronté aux conneries journalières de nos politiciens. Selon l’IRB, nous rions de moins en moins. Dans notre jeunesse, on s'esclaffait en moyenne 40 fois par jour, alors que ce n'est plus que 20 fois par jour à l'âge adulte. Une étude démontre même qu'on riait 18 minutes par jour dans les années trente, alors qu'on rit moins de 6 minutes aujourd'hui.

Cette crise du rire est plus grave qu'on l'imagine. La religion, la politique, le sexisme, le racisme, l'âgisme, le régionalisme et même le socialisme sont des sujets considérés sensibles dans le Québec des « accommodements raisonnables ».

Malgré tout, certains groupes s’en tirent mieux que d’autres :

  • Plus de femmes (51 %) que d'hommes (41 %) rient tous les jours.
  • Plus d'allophones (60 %) que de francophones (45 %) rient tous les jours.
  • Plus de jeunes (56 %) que d'aînés (42 %) rient tous les jours.
  • Plus de gens de Montréal (46 %) que de Québec (36 %) rient tous les jours.
  • Plus de pauvres (60 %) que de riches (37 %) rient tous les jours.

Alors, pour demeurer en bonne santé il vaut mieux passer du temps avec une jeune femme montréalaise allophone à faible revenu qu'avec un vieux francophone riche de Québec.

Souriez, c’est votre santé qui en dépend !!

1 commentaire:

Tym_Machine a dit...

Le rire n'est pas encore taxé mais croyez-moi, ce n'est pas que le gouvernemaman n'y ait pas pensé...

Celui qui rit le plus, celui qui paie le plus...Elvis Gratton