Chaque Québécois doit plus de 34 000 $ au provincial seulement

Vaut mieux en rire!

On est tellement taxés que lorsqu’il fait beau, j’ai peur de recevoir une facture. --- Michel Beaudry ________________________________________________________________________

10 avril, 2021

James Donnelly, le poète oublié de Saint-Laurent-de-l’Ile-d’Orléans nous offre un poème

 par Louise V. Labrecque


  Il a dormi deux jours ! Un silence sublime

   Enveloppe et sa mort et l'indicible crime

            Dont l'homme s'est couvert.

   Mais, à la voix de Dieu, la pierre est renversée ;

   Les soldats sont vaincus ; la garde est dispersée ;

            Le sépulcre est ouvert ! 

 

   Quand l'aurore a paru, quelques femmes pieuses

   Se rendent au saint lieu, tristes, silencieuses,

            Pour embaumer le corps. 

   Mais celui qu'on a vu chargé d'ignominie,

   Rachetant l'univers même au prix de sa vie,

            N'est plus parmi les morts ! 

 

   Un messager du ciel annonce son absence ;

   Pourtant, on doute encore ; on hésite, on avance,

            En effet, l'ange est seul ! 

   Assis, calme et serein, rayonnant de lumière,

   Et tout vêtu de blanc, il est là sur la pierre,

            ... Près de lui, le linceul !

 

   Ô mort, c'en est donc fait ! L'innocente victime

   Que tu vis immoler même à côté du crime

             A brisé ton pouvoir.

   Fuis devant ce vainqueur que l'amour seul anime !

   Hâte-toi de rentrer au fond du noir abîme

             Cacher ton désespoir. 

 

   N'as-tu pas entendu ce lugubre murmure,

   Lorsque le Créateur a vu sa créature

             Le vendre et le trahir ?

   N'as-tu pas entendu la plainte de la terre

   S'élever contre toi quand ta main sanguinaire

             Venait pour le saisir ?

 

   N'as-tu pas vu le ciel refuser sa lumière,

   Quand ton pied décharné montait sur le calvaire

             Où tu devais finir ?

   Tu contemplas le Christ de ton regard livide,

   Et tu crus un moment que ton bras déicide 

             Pouvait le retenir ?

 

   Et là, tu lui donnas ton baiser de vampire,

   Et tu pensas pouvoir prolonger ton empire

             Par un dernier effort ;

   Tu voulus te glisser avec lui dans la tombe ;

   Mais ici, plus d'espoir, car ta puissance tombe ;

             Le Christ est le plus fort !

 

   N'as-tu pas entendu des voix dans la vallée,

   Depuis le Golgotha jusques en Galilée,

             Proclamer sa grandeur ?

   Ô mort ! ne vois-tu point les gardes effrayés

             Fuyant de toutes parts ou tombant foudroyés

             À l'aspect du Sauveur ?

 

   Le Seigneur s'est levé comme une jeune aurore,

   Mais plus resplendissant et plus brillant encore

             Et bien plus radieux ! 

   Comme on voit un soleil dominer la colline,

   L'Homme-Dieu s'est levé dans sa gloire divine

             Mais plus majestueux ! 

 

   Il est ressuscité ! Puis, selon sa parole,

   Ses disciples l'ont vu ; lui-même les console

             Et leur parle longtemps.

   Il leur dit l'avenir, il leur dit les tempêtes

   Qui devront s'élever et gronder sur leurs têtes

             Dans la suite des temps !

 

   Il est ressuscité ! Voilà que son Église

   Se trouve pour toujours sur son pouvoir assise

             Et brave les enfers ! 

   Comme un aigle qu'on voit s'élancer dans l'espace,

   Elle prend son essor et jamais ne se lasse

             De remplir l'univers.

 

   Il est ressuscité ! C'est pour montrer à l'homme

   Que jamais ne pourra s'écrouler un royaume

             Sous son sceptre divin ! 

   Et de sa propre bouche il abandonne à Pierre

   L'édifice sacré dont la première pierre

             Fut mise de sa main ! 

 

   Il est ressuscité ! Des voix dans la vallée,

   Depuis le Golgotha jusques en Galilée,

             Redisent dans leur chant : 

   Ô mort ! Fuis du vainqueur la victoire sublime,

   Hâte-toi de rentrer au fond du noir abîme,

             Jésus est triomphant ! 

 


                            James Donnelly


Aucun commentaire: