Chaque Québécois doit plus de 34 000 $ au provincial seulement

Vaut mieux en rire!

Nouvelle devise du dollar canadien : Un de perdu, dix d’empruntés. - Michel Beaudry

________________________________________________________________________

15 février, 2021

La mouvance woke et cancel culture m’interpelle

Je suis le débat plus assidûment depuis le début de la nouvelle année (voir les références au bas de mon texte). Cette mouvance représente le côté extrême du politically correct. Je trouve la rhétorique puérile, les interventions agressives et parfois criminelles. Mais ce n’est pas le plus agaçant. Il existe de nombreux mouvements tout aussi superficiels et agressifs. C’est sain dans une démocratie qui se respecte.

Mais dans le cas de la mouvance woke et cancel culture, le discours en est un de sourd entre les dénonciateurs et les promoteurs. Il n’existe pas de compromis possible. La marge est trop grande entre « traiter quelqu’un de nègre » et mettre à l’index le livre « Nègres blancs d’Amérique » ; entre dénoncer l’inégalité des sexes et menacer un professeur qui utilise les mots « femme » et « homme » dans un cours intitulé « analyse différenciée selon les sexes » ; entre dénoncer les biais historiques et déboulonner les monuments. Etc. Les sujets sont importants, mais on ne semble pas trouver un juste milieu pour un débat constructif.

Je ne comprends pas pourquoi des points de vue très minoritaires deviennent pratiquement des vérités universelles. Il faudrait revenir à un peu plus d’équilibre et cesser d’écouter toutes les élucubrations d’anticonformistes qui ne se sentent pas bien dans leur peau et dans la société. Les micro-agressions, micro-assauts, micro-insultes, micro-tout ne justifient pas le bâillonnement des profs et des médias.

Le silence des autorités politiques, médiatiques et universitaires est sidérant. Ce silence invite inévitablement à l’autocensure les professionnels impliqués. Et que dire de la décision de Radio-Canada d’obliger ses employés à suivre une formation pour être plus inclusifs, reconnaître leurs biais inconscients, leurs privilèges et ne pas commettre de micro-agressions. Sous des apparences vertueuses de sensibilité envers les minorités, RC impose la vision woke à l’ensemble de ses employés.

_________

Les textes d’opinion se sont multipliés depuis le début de l’année.

Isabelle Hachey La Presse

Les mots tabous (29 janvier 2021)

Au-delà du mot qui commence par un N (6 février 2021)

On va bouger (8 février 2021)

La liberté universitaire en péril (9 février 2021)

 

Joseph Facal Journal de Montréal

Liberté académique : un droit réel ou pas? (16 janvier 2021)

Nos universités deviennent des églises (16 janvier 2021)

Sommes-nous en train de congédier le bon sens (28 janvier 2021)

Entre la peur et l’ignorance (30 janvier 2021)

Liberté académique : un droit réel ou pas ? (13 février 2021)

 

Mathieu Bock-Côté Journal de Montréal

François Legault contre la gauche woke (14 janvier 2021)

Payée pour trouver du racisme partout (14 janvier 2021)

Du racisme chez les racisés (16 janvier 2021)

Liberté académique : l’État doit s’en mêler (10 février 2021)

François Legault contre la gauche woke (14 février 2021)

Aucun commentaire: