Chaque Québécois doit plus de 34 000 $ au provincial seulement

Vaut mieux en rire!

On est tellement taxés que lorsqu’il fait beau, j’ai peur de recevoir une facture. --- Michel Beaudry ________________________________________________________________________

11 décembre, 2007

La règlementite

Richard Martineau dénonce, avec raison, l’absurdité de règlementer les présentoirs à cigarettes. Malheureusement, le Québec est le paradis de la règlementite : besoin maladif de tout règlementer. (Voir ici, ici, ici et ici)

Méchant tabac
Richard MartineauJournal de Montréal11/12/2007 11h01

Comme vous le savez, à partir du 31 mai 2008, les présentoirs à cigarettes seront interdits dans tous les commerces du Québec (à l'exception des marchands de tabac).

Qu'est-ce que ça veut dire, concrètement? Ça veut dire que si vous êtes propriétaire d'un dépanneur ou d'une épicerie, vous pourrez installer des peperoni dégueulasses à côté de votre caisse-enregistreuse, des pizzaspochettes radioactives, des bonbons sucrés, des biscuits bourrés de gras trans, de la gomme, des caisses de bière, du vin qui goûte l'eau de Javel, des revues de vedettes avec une photo de Britney Spears complètement stoned sur la couverture, des magazines pour ados avec des fillettes de 12 ans habillées comme des putes, des livres d'horoscopes et des journaux de faits divers avec un Courrier érotique et un spécial de douze pages sur le 30e anniversaire des Hell's, mais PAS DE CIGARETTES!

Vous pourrez demander à vos clients s'ils veulent acheter un Jour de paye, un 6/49, un Super 7, un Banco, une Quotidienne, une Mini, une Mise au jeu, une Célébration, un Astro, un Extra, une Poule aux oeufs d'or ou un Loto-Clic, mais vous ne pourrez pas leur montrer un paquet de CIGARETTES!

Sexe! Sexe! Sexe!

Je comprends que la cigarette est dangereuse pour la santé... Mais vous ne trouvez pas ça un peu absurde, vous?

Pensez-y deux minutes.

Les propriétaires de bar topless peuvent installer des affiches de poupounes en G-String sur la devanture de leur commerce, sortir des haut-parleurs dans la rue et diffuser à plein volume les présentations de leur annonceur («La jeune et jolie Chantal dans la deuxième partie de son spectacle»), déguiser leur portier en Père Noël et lui demander d'inviter les passants à venir essayer leurs nouveaux isoloirs.

Ils peuvent même inscrire le nom de leur bar en néons géants au-dessus de leur porte (La Calèche du sexe, La Source du sexe, Le Sexe d'or, le Super sexe, le Hyper Sex, le Zipper ou le Cabaret Sexe Mania), pas de problème...

Mais si un propriétaire de dépanneur installe un présentoir de cigarettes dans son commerce, la police va débarquer et le gars va payer une amende!

C'est un petit peu hypocrite, non?

L'ami des hamburgers

Si le tabac est si nocif pour la santé, si la simple vue d'une cigarette Popeye donne le goût aux enfants de s'acheter une cartouche de Gitanes sans filtre, voulez-vous me dire pourquoi ce produit est encore légal?

Qu'on l'interdise une bonne fois pour toutes, et qu'on passe à autre chose!

On distribue du Ritalin aux écoliers comme si c'était des Smarties, on permet aux géants du fast-food d'installer des parcs d'attraction dans leurs restaurants pour vendre du gras et du sucre aux enfants, mais un épicier n'a pas le droit d'installer des paquets de cigarettes à la vue des mineurs, sous prétexte que ça donne le mauvais exemple!!!

Hello????

Un sac brun

Bientôt, si ça continue, les dépanneurs vont ressembler aux vieux magasins Distribution aux consommateurs.

Il n'y aura plus aucun produit sur les étagères. On va écrire notre commande sur un bout de papier («Une bière, du café et un sac de réglisses»), et le commis va nous remettre un sac brun. Un sac biodégradable, bien sûr...

2 commentaires:

Tym_Machine a dit...

L'article coup de poing de Martineau est assez évocateur sur l'hypocrisie de notre société.

Cependant, malgré toute la contreverse concernant cette interdiction, il n'en demeure pas moins que je la trouve plus logique que celle qui a eu lieu pour les commandites de compagnies de tabac.

Quant à moi, un présentoir de cigarette est une publicité beaucoup plus incitative à acheter des cigarettes qu'un étiquette "Lucky Strike", une compagnie de tabac américaine qu'on ne retrouve pas sur le marché canadien au Grand Prix de Montréal.

Malheureusement, je suis de ceux et celles qui croient que le tabac est le produit qui démontre le plus l'immaturité crasse de la nature humaine.

Vous allez me dire l'alcool aussi, certes d'accord. Si vous êtes saoul en public, vous êtes souvent une nuisance et un danger public si vous utilisez votre automobile. Cependant, si je bois un verre, je ne fais pas subir mon taux d'alcool à mon voisin...on ne peut pas en dire autant de toutes les drogues qui se fument qui rendent malade également notre entourage.

Pour ce qui concerne le tabac, c'est à peu près le seul domaine où je concède la défaite criante du libertarisme, dans les autres domaines, ça peut aller. L'homme peut s'auto-contrôler dans la plupart des autres trucs.

Serge Rouleau a dit...

Le fonctionnement d’une société libertarienne est basé sur le respect des libertés individuelles. Que ce soit le tabac, les drogues, la boisson, la malbouffe, le foulard, etc. le principe est toujours le même : la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Le principe « vivre et laissez vivre » guide les relations entre les individus.

L’état nounou et son corollaire « la règlementite » crée la mentalité du « si ce n’est pas défendu, c’est permis » ou pire « si je ne me fais pas prendre, c’est correct ». Alors, pourquoi réfléchir? Pourquoi considérer les besoins de mon voisin? Pourquoi être responsable si je n’ai pas à supporter les conséquences de mon irresponsabilité?