Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

25 mars, 2013

Bureaucratie et efficacité sont mutuellement exclusifs


L’ineptie des grandes bureaucraties n’est plus à démontrer. D’ailleurs, ce n’est pas un phénomène propre au Québec. Aux États-Unis, en France, en Angleterre, en Grèce, etc., c’est partout pareil. D’une région à l’autre, la seule différence est l’ampleur des dommages causés, lesquels sont directement proportionnels à l’ampleur de la fonction publique concernée.

Contrairement à ce que prétendent les pros de l’interventionnisme, l’inefficacité de la fonction publique n’est pas reliée aux individus qui la composent. Si cela était le cas, il suffirait de remplacer quelques fonctionnaires incompétents et le tour serait joué. C’est beaucoup plus compliqué.

Ce sont les caractéristiques inhérentes à la fonction publique qui la rende inefficace : interventions politiques, centralisation du pouvoir, absence d’imputabilité, peur du risque, etc.

Le livre de Jean Laliberté, Les fonctionnaires, explique merveilleusement bien les inefficacités inhérentes à la fonction publique. À la lecture de ce livre, il ne peut y avoir qu’une conclusion : le gouvernement sera toujours un piètre fournisseur de service.

Il suffirait de séparer les rôles du « quoi », qui relève du gouvernement, de celui du « comment » qui relève de la société civile, comme l’a fait la Suède dans les années 90s, pour régler ce problème.

Mario Dumont en discute avec Benoît Aubin

Publier un commentaire