Le Québec fonce dans le mur ....

....oups! On l'a frappé.
_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

La vaste majorité de nos importations viennent de l'extérieur du pays.--- Georges W. Bush

________________________________________________________________________

22 octobre, 2014

La réflexion du jour

L’actualité nous rappelle aussi que les Québécois sont des écologistes non pratiquants. Nous sommes de redoutables consommateurs, mais tous les projets associés au pétrole sont honnis par une frange bruyante de la population.--- Pierre Duhamel

21 octobre, 2014

Caricatures québécoises

La réflexion du jour

On peut à la fois souligner le caractère admirable de la Révolution tranquille, la trouver remarquable dans le contexte qui était le sien et croire en même temps qu'elle a dépassé sa durée de vie et engendré de trop nombreux effets pervers. On peut aussi dire qu'on a étiré l'élastique et transformé une période riche et intéressante en conte de fées.--- Alain Dubuc

20 octobre, 2014

Salaire minimum 101

Les interventionnistes militent en faveur dans le but, disent-ils, de réduire la pauvreté. Pourtant les faits démontrent le contraire.

Emerald Robinson explique pourquoi.


La réflexion du jour

Il faut désormais partir des écoles et établir les services qui devraient être offerts régionalement, des services qui peuvent différer selon les besoins de chaque milieu. Ainsi, la nouvelle c.s. devient une coop de services. Ainsi, si on regarde les instances démocratiques scolaires actuelles, il est difficile de s’y retrouver car les pouvoirs sont dilués à travers la structure. De fait, le véritable pouvoir appartient au ministère de l’Éducation et aux syndicats.---Yvon Robert - Ancien directeur général de commission scolaire et directeur d’écoles privées

18 octobre, 2014

La réflexion du jour

Chaque jour qui passe apporte son lot de protestations «préventives» au sujet d'éventuelles réductions de dépenses du gouvernement du Québec. De tous les segments de la société, on se proclame intouchable et on anticipe les pires malheurs si l'on ose réduire les activités financées par l'État. C'est ainsi que, jour après jour, on voit défiler dans les médias ces défenseurs du statu quo qui s'indignent en cohortes.--- Françoise Bertrand

17 octobre, 2014

Le régime des garderies souffre des mêmes carences que les autres monopoles d’État

Ainsi j’apprends qu’il existe des places fantômes dans les garderies subventionnées. Par exemple, un enfant fréquente la garderie 3 jours par semaine, mais la responsable réclame la subvention pour cinq jours. Ou une mère enregistre son poupon à la garderie trois mois avant son retour au travail, mais la responsable réclame la subvention immédiatement sous prétexte que la place n’est plus disponible.

Le Conseil québécois des services de garde estime que 10% des quelque 15 000 responsables d'un service de garde (RSG) en milieu familial «font une utilisation inappropriée des subventions». C'est une dépense de 15 millions en fonds publics. C’est l’équivalent de 8 000 places subventionnées, mais non utilisées.

Je dois vous avouer que je ne suis pas surpris. Ce phénomène est un des effets pervers des programmes gouvernementaux. Ces programmes sont comme des plats de bonbons laissés sur le comptoir. Tout un chacun y pige à volonté. Les garderies subventionnées ne font pas exceptions.

Il n’existe pas de solution à ce phénomène. Tant qu’il y aura des programmes gouvernementaux où les services sont rendus par des monopoles d’État, il y aura des bougons pour en abuser. Il n’y aura jamais assez de contrôle et d’inspecteurs pour éliminer tous les abus.

Toutefois, ces abus peuvent être réduits à leur minimum en concevant les programmes en fonction des individus visés plutôt qu’en fonction des intérêts des groupes de pression. Croyez-vous que les abus décrits plus haut auraient pu exister si les parents payaient eux-mêmes les frais de garderie? Bien sûr que non, aucun parent n’accepterait de payer pour un service qu’il ne reçoit pas.

Après seulement quelques années d’existence le régime de garderie souffre des mêmes carences que les autres programmes exploités par des monopoles étatiques : santé, éducation, SAQ, Hydro-Québec, Loto Québec, etc. Ce n’est donc pas surprenant que les coûts explosent et la qualité du service diminue.

Si au lieu de subventionner les garderies, le gouvernement subventionnait les parents et confiait au libre marché la responsabilité de les exploiter, la plupart des problèmes connus n’existeraient même pas.

Il n’y aurait pas de pénurie. Le libre marché aurait rapidement trouvé des solutions adaptées aux besoins des parents. Coopératives, OSBL, Garderies à but lucratif, etc. auraient été créés partout au Québec jusqu’à ce que la demande soit entièrement satisfaite.

Les frais de garde seraient moindres. La concurrence que se livreraient les garderies assurerait aux parents le meilleur rapport qualité/prix. Le système actuel favorise avant tout les syndicats au détriment des parents. Le réseau de garderie assure aux syndicats des milliers de membres captifs. C’est devenu une vache sacrée que les syndicats n’hésitent pas à utiliser  pour arriver à leurs fins. Le résultat : les coûts augmentent sans cesse, mais la qualité est aléatoire. Si les garderies étaient exploitées par des entreprises indépendantes, elles rivaliseraient d’ingéniosité pour attirer et conserver le patronage des parents. Les coûts diminueraient et la qualité augmenterait.

Contrairement à ce que prétendent les étatistes, les normes imposées par le ministère seraient mieux respectées. Dans le système actuel, les fonctionnaires  sont en conflit d’intérêts. D’un côté ils doivent assurer le respect des normes, de l’autre ils doivent contrôler les coûts. L’arbitrage du ministre est dicté par les priorités politiques du moment. Dans ces conditions, les groupes d’intérêt, mieux organisés et possédant des moyens considérables, en tirent immanquablement les plus grands bénéfices au détriment des parents. Dans un régime où le gouvernement n’est pas aussi l’exploitant, les fonctionnaires veilleraient uniquement au respect des normes et offriraient ainsi un contrepoids efficace aux groupes d’intérêt.


Ce qui me frustre au plus point dans tout ça, c’est qu’au moment de la création du programme des garderies tous connaissaient très bien les piètres performances des monopoles de la santé et de l’éducation. Il me semble qu’au minimum on aurait pu éviter les erreurs du passé. Mais il semble que la politique a des raisons que la raison ne peut pas comprendre.

La réflexion du jour

Le privé force même l’école publique à s’améliorer pour conserver ses élèves, en multipliant les écoles à vocation particulière. Il faut évidemment souhaiter la renaissance de l’école publique. Elle demeure le fondement du système scolaire. D’ailleurs, mieux l’école publique sera, et moins l’école privée attirera. Mais pour l’instant, l’école publique a l’allure d’un navire qui prend l’eau. Couper le financement de l’école privée reviendrait à entraver l’accès aux canots de sauvetage.--- Mathieu Bock-Côté