Le Québec fonce dans le mur ....

....oups! On l'a frappé.
_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Posée nue dans une revue en France, Véronique DiCaire a réussi une parfaite imitation du contribuable québécois.--- Michel Beaudry

________________________________________________________________________

27 janvier, 2015

La réflexion du jour

Ainsi, le système fiscal des pays démocratiques présente des caractéristiques consistant à (1) faire coïncider l’impôt avec des événements heureux ou malheureux, (2) faire passer l’impôt pour temporaire et marginal, (3) préférer les taxes et impôts indirects, (4) utiliser des monopoles pour générer des revenus, (5) tenter de collecter des taxes et impôts sous forme de paiements périodiques modestes, et enfin (6) brouiller la présentation des comptes.---Sylvain Fontan

26 janvier, 2015

Que signifie être libertarien?

Selon le Dr Jeffrey Miron, les libertariens ont du respect pour les décisions individuelles. Ils sont différents des individus qui s’identifient à la gauche ou à la droite du spectre politique. Ces deux groupes utilisent le gouvernement pour faire avancer leurs idées. Ils tentent d’imposer aux gens comment agir et se comporter. Par contre, les libertariens pensent que les individus devraient être en mesure de vivre leur propre vie comme ils l'entendent. Vivre et laisser vivre.


La réflexion du jour

Au Québec, par exemple, notre effort est considérable. Si on additionne les 600 millions annuels que nous coûtent les vire-vent et les centaines de millions servant à financer le marché du carbone, ça fait beaucoup d’argent dépensé sur la base de prédictions qui ne s’avèrent pas mieux fondées que l’astrologie du jour.--- Jacques Brassard

24 janvier, 2015

La réflexion du jour

Le grand rêve de la gauche québécoise est de recréer un autre «printemps érable» ou, en d’autres mots, de foutre le bordel comme en 2012.--- Jean-Jacques Samson

23 janvier, 2015

Un partenariat public-public à l’image du modèle québécois

Faut-il se réjouir de la décision du gouvernement Couillard de confier à la CDPQ (Caisse) le soin de financer et gérer deux projets d’infrastructures de transport en commun?

A priori, l’idée semble intéressante. Je me suis dit que la Caisse ne pouvait faire pire que l’AMT et le ministère des Transports. Il suffit de se rappeler les fiascos du métro à Laval et du train de l’Est pour s’en convaincre. C’est aussi une façon d’introduire un peu de concurrence dans l’industrie du transport en commun. Qui sait ou cela pourrait nous mener?

La dette du Québec dépasse les limites du raisonnable. À moins de la stabiliser et réduire le ratio dette/PIB, nous subirons tôt ou tard une décote des agences de notation. Ce serait une catastrophe d’autant plus dramatique que les frais d’intérêt gobent déjà 10 milliards de dollars du budget annuel de la province. De plus, les taux d’intérêt sont appelés à augmenter au cours de 2015. Il faut donc trouver une façon de financer des infrastructures dont nous avons grandement besoin sans augmenter la dette publique.

Bien sûr, nous pourrions nous en remettre aux partenariats public-privé (PPP) pour financer et exploiter ces projets. Mais selon la logique  tordue des étatistes, la formule des PPP est inacceptable, car cela permet à des entreprises privées de faire des profits sur le dos des Québécois. Dans le cas de la Caisse, personne ne s'opposera à ce que l'institution engrange des profits, puisque cet argent servira à assurer nos retraites. Donc le modèle proposé permettrait de faire taire les opposants habituels.

Dans l’immédiat, l’utilisation de la Caisse pour financer des projets d’infrastructure servira bien les intérêts politiques. Les nouveaux projets stimuleront l’économie à court terme et nous saurons seulement dans 5 ou 10 ans si les projets ont été un succès. Dans le cas contraire, ce sera le problème des politiciens en place à ce moment-là. Ils pourront toujours se déculpabiliser en blâmant les administrations antérieures comme ils le font à chaque élection.

Malheureusement, les politiciens ne résisteront pas à l’envie d’utiliser la Caisse pour promouvoir des projets électoralement rentables même si ceux-ci sont très risqués. La Caisse n’est pas à l’abri des pressions politiques, bien au contraire. Comme dit l’adage : les occasions font le larron. Nous avons plus que notre part de larrons, la commission Charbonneau nous la brutalement rappelé, et des occasions il y en aura.

Le cas d’Hydro-Québec démontre qu’aucune entreprise étatique n’est à l’abri d’interventions politiques à des fins électoralistes. Hydro est l’instrument privilégié des politiciens, tous partis confondus, pour subventionner les industries grandes consommatrices d’électricité en leur fournissant de l’électricité à rabais. Ces subventions coûtent des centaines de millions aux consommateurs québécois. Hydro est aussi un véhicule privilégié des politiciens pour amadouer le mouvement  écologiste. C’est ainsi qu’Hydro finance des parcs d’éoliennes qui produisent de l’électricité au coût de 10¢ le kWh revendu aux Américains 4¢ le kWh. Le résultat se traduit par des pertes de centaines de millions de dollars de revenu pour le Conseil du Trésor. Et que dire des dizaines de millions en commandites imposées à Hydro-Québec pour subventionner les projets fétiches des ministres.

Le modèle proposé par le gouvernement Couillard est un PPP à l’image du modèle québécois dont la seule qualité est de le rendre plus attrayant aux yeux des critiques étatistes. À mon avis, cet avantage a bien peu de poids par rapport aux risques inhérents qui en découlent. Il est évident que les politiciens ne pourront résister à l’envie d’utiliser la Caisse à des fins électoralistes. Ils le font avec Hydro-Québec, la SAQ, Loto Québec et Investissement Québec. Comment la Caisse serait-elle protégée de ce vice inhérent au modèle?  De plus, les dirigeants de la Caisse seront pris au piège entre les intérêts contradictoires des usagers et ceux des épargnants. Ne seront-ils pas tentés de négocier des augmentations de cotisation aux régimes de retraite pour compenser le manque à gagner d’un projet qui a mal tourné? Soyez-en assuré.

J’aimerais rappeler que la mission fondamentale de la Caisse est de faire fructifier les milliards d’actif des régimes de retraite des Québécois. Cela comporte suffisamment de risques et de défis sans en beurrer une autre couche.

Il existe déjà un modèle d’affaires qui permet à la Caisse de financer les projets d’infrastructure québécois. Ce modèle est le partenariat public-privé (PPP). Les succès du pont de l’autoroute 25 et de l’autoroute 30 sont des exemples concrets de la pertinence et de l’efficacité des PPP. Si la Caisse juge que sa participation financière aux projets d’infrastructures québécois contribuera à sa rentabilité, rien ne l’y empêche. Elle n’a qu’à participer comme partenaire financier aux PPP intéressés à nos projets  Il n’est donc pas utile de créer un nouveau véhicule pour y arriver. Comme disent les péquistes, nous éviterons ainsi tous les risques inhérents de cette « patente à gosse ».


La réflexion du jour

Au Québec, le portrait est similaire : les entreprises québécoises ont consacré en 2014 plus de 8,1 milliards $ pour se conformer à la réglementation des trois paliers de gouvernement, comparativement à 7 milliards $ en 2012. Quant à la moyenne des heures totales consacrées par entreprise, elle s’établissait à 728 heures en 2012 et elle est passée à 801 heures en 2014.--- FCEI