Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Montréal promet d’ailleurs de rédui­re la vitesse permise à 30 km/h – s’il devient un jour possible d’atteindre une telle vitesse dans cette ville...---Benoît Aubin

_______________________________________________________________________

24 septembre, 2016

La réflexion du jour

Je ne dis pas que le Canada devrait se désengager des causes nobles. Mais accroître tous les budgets au rythme d’une annonce par deux jours me paraît étonnant dans une année de déséquilibre budgétaire. En somme, Justin Trudeau se montre généreux avec de l’argent emprunté, de l’argent emprunté aux prochaines générations.--- Mario Dumont

23 septembre, 2016

La réflexion du jour

Mon nouveau véhicule est admissible au programme gouvernemental, mais la Société d’assurance automobile (SAAQ), qui gère le Programme d’adaptation d’un véhicule (PAV) du ministère des Transports, m’informe que le délai pour obtenir une aide financière pour l’adaptation d’un véhicule est d’au moins 8 à 12 mois.--- Alain Tutcotte

22 septembre, 2016

Les manuscrits d'or


Les Manuscrits d’Or
Par Louise V. Labrecque




Les Manuscrits d’or ou l’or des Manuscrits, oui, car certains manuscrits furent bel et bien écrit en lettres d’or, ce sont d’exceptionnelles enluminures, tels les Évangiles de Lorsch . Il paraît incroyable, même, que tout cela puisse avoir existé; tant de splendeurs dont nous sommes les héritiers directs. C’est pourquoi, cela inspire fort les esprits épris de beauté, c’est pourquoi l’envie de cet article, et très certainement, plus tard, le goût pour l’étude, dans le continuum de ce vaste sujet qui puise sa source de l’Essence de l’Art, comme une nouvelle forme d’engagement; non pas seulement une pensée sauvage. En effet, il est  évident que la Pensée de l’Art nous touche, et, souvent, nous dépasse; je crois pouvoir dire, par exemple,  que le Musée des Manuscrits, situé à Paris, semble grandiose et inspirant; ainsi, j’ai une preuve. Ainsi,  je ne triche plus; je me compromets. Mais, il ne faut pas confondre : l’écriture, ici, c’est surtout une ascèse personnelle, une base réelle pour se hausser à la poésie, mot qui sous-tend une recherche spirituelle, par la transmutation du quotidien, comme l’art le fait avec sa propre pensée. De même, avec Gérald Lhéritier, nous en saurions davantage, si nous avions la chance de le rencontrer,  afin de le recevoir chez nous, par exemple pour une entrevue à la radio, ou dans le cadre d’un article, pour un journal. Hélas, ce musée est désormais fermé; il sera facile alors de confondre les genres, mais nous ferons attention. Par chance, il existe de nombreux volumes traitant de l’Or des Manuscrits, je ne peux pas inventer un monde imaginaire; je ne peux pas m’attacher à un rêve abstrait : les sources existent bel et bien. Et, pourtant, je le fais ! C’est plus fort que moi, ce thème est terriblement fantasmatique, et il est facile d’imaginer les éléments de nature. En même temps que ces volumes fournissent une somme documentaire importante,  nous allons choisir un objectif, soit celui de nous pencher surtout sur les manuscrits très anciens, et essentiels,  pour notre Histoire et l’origine de notre culture. Les artistes n’aiment pas parler de ce qu’ils préparent,  le livre non plus n’aime pas révéler ce qu’il sous-tend pour son prochain projet; il dira quand même que son prochain livre pourrait être une sorte de journal-essai-mémoire. Il y aura peut-être une suite au Livre sur l’Art et la Pensée de l’art. Mais, pour l’heure, nous n’en sommes pas là. Nous sommes plutôt au cœur de l’action, pas seulement l’action nostalgique, mais celle qui souhaite sortir des sables mouvants de l’Histoire; pour ce faire, de nouveaux personnages  sortent des conflits, mais ils ont  besoin de se replonger dans la nature, où il leur est donné de voir, en pleine lumière, le passé/présent/futur,  qu’ils assimilent à de fabuleux joyaux, des fleurs, des vents, non pas maléfiques, mais un peu mélancoliques; j’ai écrit tout ça dans mon carnet  bleu, de la même manière que les retours en arrière comptent dans l’Histoire du monde. Le mot « rupture » revient assez souvent, d’ailleurs, car son origine, dans cette collection, prends racine, profondément, dans la Mer Morte. Ce sont les Manuscrits de la Mer Morte, ce sont aussi des histoires de naissances, et, surtout, de renaissance. Cela m’intéresse vivement ! Je me suis sentie libre, tout à coup, lorsque j’ai eu vent de l’apogée biblique, découverte en 1947, et étant du plus intérêt pour la société judaïque, et  pour l’histoire de la naissance du christianisme, en général. Ainsi, ces manuscrits représentent définitivement une part importante de la Mémoire du Monde.

La Mémoire du Monde


Et tout ce qu’il dit de tel contribue à la force de cette œuvre. J’aimerais pouvoir résumer, vous dire que l’Histoire écrit pour quelqu’un, que je le fais aussi (mais cela ne compte pas); la vérité s’installe en nos âmes, et le mensonge aussi, et les luttes des peuples (ces nouveaux personnages), les terres nouvelles et la vie nouvelle, qui croit, en même temps, mais de loin, comme trahie, en tous cas pas encore tout à fait au monde. C’est pourquoi les Manuscrits d’Or témoignent de cela, et sont, de ce fait, des documents fondamentaux de divers pays, et dans des périodes historiques très variables. Que s’est-il passé pour que, de cet oubli, le constat intellectuel amène à un renouvellement de la conscience, loin des  futilités, et que nous revisitions aujourd’hui ces Splendeurs ? Quelle révolte s’est donc noyée dans le temps pour se nourrir aujourd’hui de ce malaise historique, à ne pas savoir qu’en faire, tant le nombre nous dépasse ainsi que le Mystère, lequel demeure, encore à ce jour, entier et puissamment fascinant ?  Ainsi, ne serait-il pas extraordinaire, simple et audacieux,  d’aller au-devant des choses, de se mesurer à elles, de « se mesurer »,  quitte à en revenir exténués, mais davantage conscient  de ce qui fonde si dignement notre héritage historique collectif ? Je pose la question avec la réponse dedans. L’Art et la Pensée de l’art sont aussi liés que l’acte d’écrire pour exister. Ainsi, pour faire contrepoids à cet oubli, amusons-nous maintenant à présenter les Manuscrits dans un ordre plus ou moins chronologique; ce sont des Manuscrits variés, précieusement choisis et significatifs de l’Histoire de l’Humanité : tout d’abord, nous avons eu, comme je l’ai écrit dans le paragraphe précédent, les Manuscrits de la Mer Morte. Puis, les codex Latins, arabes, les documents historiques, la Déclaration des Droits de l’Homme, l’Édit de Nantes, une lettre de Napoléon ou de Gandhi à Hitler. Également, nous avons le merveilleux Livre des Heures,- avec leurs magnifiques enluminures-,  les livres de médecine (serment d’Hippocrate) d’herboristerie, de pharmacologie, des grimoires, des écrits d’alchimie, des lettres de Michel-Ange ou de Van Gogh; on découvre également  tant d’autres « perles » , des templiers, des papyrus, des conversations savantes, correspondances de Léonard, Victor Hugo, Jules Verne, et puis sans doute des écrits scientifiques, des preuves irréfutables, des algorithmes, des théories, allant de Galilée à Curie, et, finalement, bien sûr, des partitions musicales, Mozart, Beethoven, et les autres…  ! C’est cela, les Manuscrits d’Or, avec les récits de voyage de Christophe Colomb, avec les procès des Templiers, les contes de Grimms ou d’Anderson; tout est là, aux Archives Nationales, dans les Musées, à la Banque nationale de France, à la bibliothèque Vaticane de Londres, ou à New-York. C’est notre collection mondiale édifiante, le thème principal de nos vies, cette recherche de la Mémoire du Monde, de la Beauté du Monde, du passage du temps, notre témoin culturel fascinant, cette inspiration  - ce souffle divin -  de toutes les époques, voilà ce qu’il nous faut connaître, ne pas oublier, protéger, pour nous-mêmes, et les générations futures. Bien sûr, tout le monde connaît « La Chanson de Roland », par exemple, chef-d’œuvre littéraire dans le genre de l’épopée, qui a influencé à lui seul toutes les Belles Lettres, texte de 4000 vers, écrits entre 1140 et 1170. Nous pourrions parler longtemps également des manuscrits de Tombouctou, écrits  en arabe, - 900 000 manuscrits au total - en somme, la Mémoire de l’Afrique au grand complet. De même valeur, nous retrouvons l’énorme codex Gigas, merveille du monde, pesant 75 kilos, sans aucun doute le document le plus lourd de l’Histoire médiévale, sorte de bible diabolique géante, comprenant des textes classiques de la bible, mais également la description du diable et ses échanges avec la Cité Céleste, ce qui permet au lecteur de choisir entre le bien et le mal. Il y aurait beaucoup à en dire, et encore beaucoup de Manuscrit s d’Or, mais pour les besoins de cet article,  je m’arrête ici; vous trouverez aisément la nomenclature complète de tous les documents précieux sur le net, et plusieurs documents descriptifs de grande qualité, en librairie, ainsi que de nombreux volumes sur la question, richement illustrés et accessibles partout. Bref,  nous souhaitons que cet humble article donne l’envie à certains d’entre vous de fouiller plus loin l’Histoire, afin de comprendre plusieurs de nos pratiques culturelles actuelles, nos coutumes, et ce qui jouit, aujourd’hui, de la faveur populaire. En nos heures incertaines et graves, partout sur la planète, voilà un beau sujet d’étude, un beau projet, pour allier la liberté individuelle au collectif, pour donner à la parole autre chose que le discours habituel et répétitif; nous sommes, hélas, à l’époque souvent trop bavarde, suffisante, et sans mémoire; ainsi, écoutons un peu cette manière nouvelle d’écrire et de raconter. L’Histoire, qui en découle, n’a rien à voir avec le profil squelettique des discours ambiants, et usés jusqu’à la corde. C’est une histoire pourtant enracinée dans son quotidien, mais trop prise dans sa gangue, et mal interprétée; la redécouverte des Manuscrits d’Or, en ce sens, remonte aux sources, et est rafraîchissante. À l’écart des modes, certes, mais n’est-ce pas là notre affaire, à nous tous, intellectuels, artistes, journalistes, poètes, historiens, philosophes et libres- penseurs ? De tous les ouvrages consultés pour les besoins de cet article, j’ai saisi comme une sorte de fureur, en même temps qu’un murmure que l’on résout trop peu à taire, de nos jours : passion au cœur irréductible, ce qui suppose un devoir de mémoire, généreux malgré sa passion encline à la lenteur, à l’effacement, mais tout cela dans un esprit de rigueur, avec application. Soyons donc attendris devant ce qui dort à nos pieds, nous sommes héritiers d’un foisonnement intellectuel magnifique. Cette satisfaction, ce savoir, est le nôtre; soyons-en de dignes artisans, et que nos chemins, dans l’écriture, puissent rejoindre ce même sentiment : l’or,  comme programme de protection culturel pour ces témoins extraordinaires de notre histoire. Ainsi, vite, nous allons découvrir la nature, celle d’un sentiment de vie partagé, non pas marginal, mais une découverte de toute cette richesse qui s’éveille  afin, -osons le formuler, malgré cet audacieux plaidoyer- : de réenchantement du monde. En effet, que reste t il dans la vie,  si on enlève les choses primordiales comme l’amour ? Il reste les arts, la musique, la littérature, la peinture…; par contre, jamais la littérature ne parviendra à clamer nos angoisses existentielles; pour ce faire, nous devons nous libérer de nos démons, et comprendre, une bonne fois pour toute, qu’il n’y a pas de réponse; que ce sont les questions qui comptent. 

La réflexion du jour

De nombreuses études universitaires utilisent ce rapport (ndlr rapport Fraser sur la liberté économique); on en comptait plus de 400 en 2011. Elles ont démontré que la liberté économique accompagne avec à peu près tout ce qui est souhaitable pour une société. Non seulement la prospérité, mais aussi l’éducation, la santé, le droit des femmes, la diminution de la pauvreté extrême, l’augmentation de l’espérance de vie, le bonheur, et j’en passe. Seulement 4 % de ces études démontraient un lien avec des conséquences peu souhaitables.--- Mathieu Bédard

21 septembre, 2016

La souris et l’éléphant

Pétrolia a fait l’erreur d’accepter le gouvernement du Québec comme partenaire dans la société Hydrocarbures Anticosti. Aujourd’hui, son ex-PDG, Alexandre Gagnon, s’en mord amèrement les doigts.

«Nous avons un gouvernement qui est constamment en conflit entre son intérêt d’actionnaire au sein d’Hydrocarbure Anticosti et son nouveau rôle d’opposant politique», avait-il dit en conférence de presse.

L’ex-PDG de Pétrolia a profité de sa dernière sortie médiatique pour passer quelques messages. Alexandre Gagnon souligne notamment que le Québec importe 15 milliards$ en hydrocarbures annuellement. L’homme d’affaires plaide pour que le Québec explore son potentiel pétrolier afin de prendre une décision informée sur l’exploitation de ses hydrocarbures.



Pétrolia et le gouvernement du Québec  c’est comme la souris et l’éléphant. (Adaptation de la fable la souris et l’éléphant, Écrinet.)

Il était une fois un éléphant qui régnait sur tous les habitants de son royaume, car il en était le chef élu. Il avait une sainte horreur de tous les petits contribuables et en particulier des petites entreprises du secteur pétrolier. Pétrolia, une PME pétrolière, encouragée par l’éléphant précédent, s’était installée dans l’île d’Anticosti, mais vivait dans la terreur des sautes d’humeur de Couillard, l’éléphant soudainement devenu écologiste.

Un jour Pétrolia, la plus petite des entreprises pétrolières, se trouva nez à nez avec Couillard.

« Que faites-vous ici? Je vous avais interdit de venir sur mon territoire » hurla Couillard.

« Oh, monsieur Couillard je suis si petite que je ne risque pas de vous déranger » répondit Pétrolia avec sa petite voix douce.

« Justement, tu es si petite que tu ne sers à rien, tu es inutile, hors de ma vue ! »

Pétrolia fut très attristée par ces paroles et eut beaucoup de chagrin.

Elle se promit de faire très attention et de ne plus se mettre sur le chemin de monsieur Couillard.
Un matin alors qu’elle venait de se réveiller elle entendit une grosse voix qui criait au secours. De loin elle vit l’éléphant qui était pris dans les filets tendus par les financiers. Elle s’approcha doucement.

« Monsieur Couillard, excusez-moi de vous déranger, mais je pense pouvoir vous aider. »
« Toi, une PME sans argent, que pourrais-tu faire pour me sortir de là ? » s’étonna l’éléphant.
« Si vous permettez, je vais vous aidez » reprit Pétrolia


Elle sortit un vieux dossier de ses archives et expliqua qu’il y avait suffisamment de pétrole dans les sous-sols de l’île d’Anticosti pour rembourser la dette du royaume. Depuis, sur l’île d’Anticosti  on peut voir Couillard pêcher le saumon avec le PDG de Pétrolia. Il avait fini par comprendre qu’on peut exploiter nos ressources naturelles sans mettre en péril l’avenir du royaume, bien au contraire.

La réflexion du jour

Le contribuable de plus en plus moyen n’a pas envie de rire. Les nouvelles lui rappellent quotidiennement que le favoritisme est roi et maître.

Ils sont tellement nombreux, les paumés, à s’accrocher aux mamelles de l’État que toute promesse d’alléger les impôts doit être considérée comme une farce.
.......

 Les réfugiés transitent par le discret Secrétariat aux emplois supérieurs, une agence de placement joyeusement rebaptisée «Ghost Busters» au moment de catapulter la fantomatique France Boucher de la Régie du cinéma, à la Régie des installations olympiques et enfin à la Commission des transports du Québec. Cinéma, RIO, taxi; une logique implacable!--- Michel Hébert