Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Zoothérapie

On le regarde tourner en rond (le poisson, pas le voisin), ne rien comprendre de l’univers, les yeux fixes, inertes, perdus dans l’univers des innocents, à l’abri de Ward et de Trump.

C’est d’ailleurs recommandé par l’Association des retraités de l’enseignement, l’AREQ. Ils en ont fait un «spécial zoothérapie», il y a quelques mois. J’imagine le succès qu’il a eu auprès des gastéropodes du ministère de l’Éducation...--- Michel Hébert

_______________________________________________________________________

24 août, 2016

En éducation l’incompétence coûte cher

 Seulement 7 professeurs, sur un total de près de 70 000, ont été congédiés au cours des 5 dernières années (1/100 de 1%). Au fil des ans les professeurs incompétents s'accumulent. On peut en déduire qu'au moins 5 % des professeurs sont du bois mort qui coûtent cher au ministère de l'Éducation (plus de 300 millions $), ou pire qui nuisent au développement des élèves.

Donc, ce n’est plus d’argent que le ministère a besoin, mais un système d’évaluation et un mécanisme de mise à pied efficace.

Entrevue avec Youri Chassin, économiste et directeur de recherche à l'IEDM, à propos de la difficulté de congédier des professeurs incompétents.



La réflexion du jour

Prenons l'exemple de notre système d'éducation, dans lequel les enseignants de l'école publique sont rémunérés uniquement en fonction de leur ancienneté et leur nombre d'années de scolarité. Puisque la rémunération augmente mécaniquement avec le temps, peu d'efforts sont déployés afin de se démarquer. Si on appliquait le principe de la rémunération au mérite, cela permettrait de rehausser la qualité de l'éducation de manière substantielle, puisque les incitations sont organisées afin d'encourager le dépassement personnel.--- Pascale Déry

23 août, 2016

La réflexion du jour

Or, ce qui doit augmenter, c’est la richesse du Québec. Avec cela vient une augmentation de l’ensemble des salaires. À ce moment, accélérer le rythme d’augmentation du salaire minimum devient quasiment un automatisme. Dans une économie vraiment dynamique, le salaire minimum fixé par loi n’a plus d’importance.--- Mario Dumont

22 août, 2016

La réflexion du jour

La colère des électeurs n’est pourtant pas celle du Forum social mondial et des habitués des plateaux de télé.
Le no-fault institutionnalisé, l’omniprésence de l’État, l’alourdissement de la bureaucratie et du fardeau fiscal, le sentiment que le partage de la richesse ne sert pas du tout la classe moyenne, mais les planqués assis sur un trône de congés accumulés...
Une justice de pauvres, une éducation médiocre, des urgences bouchonnées, des policiers déshonorants, des villes congestionnées, des autobus vides, des centaines de millions dans la cimenterie des incompétents... Du vin trop cher, l’électricité trop chère...
Et des bonis versés chaque année à des employés assis sur un monopole; tout ça fout le peuple en rogne...--- Michel Hébert

20 août, 2016

La réflexion du jour

En compilant la valeur des investissements réalisés par Investissement Québec ainsi que la somme des emplois créés ou conservés, on réalise que le «coût social» est assez clair. En 2007, chaque emploi sauvé ou créé par Investissement Québec avait coûté 35 434 $. En 2015, après une intensification des activités de cet organisme, le coût a grimpé à 167 082 $ par emploi. --- Vincent Geloso