Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Il y a des souris à l’hôpital Charles Lemoyne mais dès qu’elles vont goûter à la bouffe, elle vont déguerpir.--- Michel Beaudry

________________________________________________________________________

09 août, 2013

Libertarianisme (2ième partie)



(NDLR Dans la vidéo qui suit, Richard A. Epstein explique en des termes simples le fonctionnement d’une société qui souscrit aux valeurs libertariennes. Un must pour tous ceux qui désirent comprendre pourquoi l’interventionnisme étatique est voué à l’échec.)

Quel que soit le candidat qui remportera l’élection présidentielle de 2012 aux États-Unis, il sera confronté à de nombreux défis de politique intérieure. Dans cette entrevue instructive, l’éminent expert des questions juridiques Richard A. Epstein lui offre quelques conseils sur diverses façons de promouvoir la liberté et la prospérité au cours des années qui viennent.

En plus de recommander le maintien d’une devise stable, M. Epstein s’en prend à la réglementation et en appelle à une évaluation plus rationnelle de la pertinence de plusieurs des règles qui restreignent le commerce et qui visent prétendument à protéger les consommateurs. Dans le cas de la réglementation environnementale, il soutient que si les gouvernements veulent protéger les milieux humides et d’autres sites naturels fragiles, ils devraient compenser les propriétaires de ces terres. Il offre des exemples de la corruption qui survient lorsque ce n’est pas le cas. « On ne peut avoir de débat public honnête que lorsque les coûts sont clairement indiqués en même temps que les bénéfices. Seul un système qui prescrit une compensation, une juste compensation, peut faire cela. »

Loin de déplorer le blocage législatif au Congrès, Richard Epstein le considère comme un élément positif du gouvernement. Il souligne que les mécanismes de freins et contrepoids intégrés dans la Constitution visaient précisément à rendre difficile le passage de nouvelles lois. Les Pères fondateurs comprenaient que la plupart des lois proposées auraient un effet nuisible. Malheureusement, le blocage législatif rend également difficile l’abrogation de lois, un problème qui pourrait être contourné si l’on proposait d’abolir d’un seul coup un ensemble de règles visant à favoriser des groupes particuliers.

M. Epstein conclut l’entrevue en démolissant l’idée selon laquelle la technologie entraîne la disparition d’emplois. « Ne laissez jamais, jamais quiconque vous dire que le progrès technologique est une source de danger. C’est une source de progrès pour tout le monde dans la société en général, et je pense que ceux qui défendent le point de vue contraire devraient être critiqués publiquement pour cette attitude négativiste. »

Robert Scully s’entretient avec Richard A. Epstein. Il est le Laurence A. Tisch Professor of Law à l’Université de New York. Il est l’auteur de plusieurs livres, notamment Design for Liberty: Private Property, Public Administration, and the Rule of Law (2011). Il signe également une chronique sur les questions juridiques pour le Hoover Institution intitulée « The Libertarian ».

 

Publier un commentaire