Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

26 juillet, 2013

Éclairage nocturne

Depuis le 1er juillet, un nouveau règlement, pour encadrer l’éclairage nocturne, est entré en vigueur en France. C’est dans la nature des politiciens de vouloir tout contrôler. Il faut donc prévoir que tôt ou tard, la question fera surface au Québec. Malheureusement, les politiciens québécois ont la fâcheuse habitude d’imiter leurs confrères français.

Mais quelle est la cause première de ce gaspillage? Au Québec, le gouvernement régit les tarifs d’électricité. Dans un but purement électoraliste, les tarifs sont maintenus bien en deçà de leur juste prix. Des tarifs d’électricité maintenus artificiellement bas favorisent le gaspillage. Le calcul est simple : les économies découlant de la réduction de la consommation d’électricité sont insuffisantes pour justifier l’investissement nécessaire pour contrôler l’éclairage nocturne.

Si le passé est garant du futur, il faut prévoir que le gouvernement du Québec proposera sous peu de réglementer l’éclairage nocturne. Les politiciens profiteront de l’occasion pour créer un nouveau programme de subventions pour les entreprises qui mettront fin à ce gaspillage. Pourtant, la vraie solution consisterait à laisser le marché établir le juste prix de l’électricité et le problème de l’éclairage nocturne disparaîtrait comme par magie. Mais pourquoi faire simple quand on peut tout compliquer? Surtout que la solution simple ne serait pas politiquement rentable.

Il est pertinent de rappeler l'un des principes clés de l’interventionnisme étatique : les politiciens créent un problème, la mauvaise gestion d’Hydro-Québec, et, pour le corriger, ils en créent d'autres, la réglementation de l’éclairage nocturne accompagné d’un programme de subventions. C’est la recette tout indiquée pour appauvrir le Québec. Mais qui se souciera de l’appauvrissement futur de la population alors qu’il y a des gains politiques à faire dans l’immédiat?
Publier un commentaire