Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Les Hells ne devraient pas s’installer à Québec. C’est le territoire des libéraux. --- Michel Beaudry

________________________________________________________________________

13 mai, 2013

Argent et bonheur

Le socialisme a pour conséquence de tout niveler par le bas, en particulier l’éducation. La concurrence, la reconnaissance, la performance, etc. sont toutes des notions évacuées de notre système d’éducation sous prétexte qu’elles risquent de stigmatiser les enfants moins talentueux.

Si on a l’audace de dénoncer ce système qui condamne la société à la pauvreté, intellectuelle et économique, les gauchistes nous servent leur argument matraque : l’argent ne fait pas le bonheur. Cette croyance a été popularisée dans les années 70 par le paradoxe d’Easterlin. Les recherches de cet économiste concluaient qu’il n’y avait pas de relation de cause à effet entre revenu et bonheur. L’ex-ministre du bonheur, Raymond Bachand, un pur produit des années 70, a utilisé cet argument pour nous convaincre de le laisser piger toujours plus profondément dans nos poches.

Depuis la publication des travaux d’Easterlin en 1974, la pensée des économistes a évolué. Les recherches tentent de démontrer qu’au-delà d’un certain niveau de revenu, plus d’argent ne résulte pas en plus de bonheur.

Plus récemment, les recherches des économistes Betsey Stevenson et Justin Wolfers, remettent en question la croyance selon laquelle l’argent ne ferait pas le bonheur. En utilisant les données d’un sondage Gallup mondial, où les participants devaient identifier sur une échelle de 0 à 10 le niveau représentant leur idéal de vie et leur revenu, ils ont découvert que tous les répondants affirmaient qu’un revenu plus élevé améliorerait leur niveau de satisfaction, donc de bonheur. Ce qui est encore plus significatif, la relation entre revenu et bonheur demeure la même lorsque les revenus augmentent. Passer de riche à plus riche augmente autant le niveau de bonheur que de passer de pauvre à moins pauvre.

Les politiciens prétendent avoir à cœur notre bien-être. Je leur suggère donc de réduire les impôts et les taxes, car contrairement à la croyance populaire, l’argent fait le Bonheur.
Source : The Economist
Publier un commentaire