Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Il y a des souris à l’hôpital Charles Lemoyne mais dès qu’elles vont goûter à la bouffe, elle vont déguerpir.--- Michel Beaudry

________________________________________________________________________

18 février, 2013

La gauche française vue par Fabrice Luchini


Verrons-nous un jour un artiste québécois critiquer la gauche bien-pensante? J’en doute, car au Québec un artiste qui ose sortir la tête au-dessus du troupeau est rapidement décapité. Il est banni de l’UDA, pas explicitement bien entendu, et plus personne n’ose se montrer en public en sa compagnie.

On peut reprocher beaucoup de choses aux Français, mais pas celle de se taire pour éviter la controverse :

La gauche «pousse vers la médiocrité», écrit Johnny Hallyday dans sa toute récente autobiographie, Dans mes yeux. «Nous sommes étranglés par la rectitude politique», confie Gérard de Villiers au New York Times. On peut se moquer de ceux-là ou encore de Depardieu, mais c'est plus difficile avec Fabrice Luchini, un membre en règle de l'intelligentsia culturelle qui plaide sur divers plateaux de télé: «Ce que je n'aime pas dans la gauche, c'est d'être toujours dans le bon sentiment, de ne pas voir la nature humaine telle qu'elle est». Et récitant Molière: «C'est une folie à nulle autre seconde de vouloir se mêler de corriger le monde»...
Il s'agit d'une autre différence entre les deux sociétés, la française et la nôtre: une telle liberté de parole dans nos milieux artistiques, idéologiquement monolithiques, est impensable.--- Mario Roy

Fabrice Luchini déboulonne la gauche française de son piédestal.


Via le blogue de Sophie Durocher
Publier un commentaire