Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

La différence entre les oiseaux et les hommes politiques, c'est que les oiseaux s'arrêtent par moments de voler --- Coluche

________________________________________________________________________

27 janvier, 2014

Norvège 10, Québec 0

Depuis plus de vingt ans, la Norvège exploite des puits d’hydrocarbure au large de ses côtes dans la mer du Nord. Les redevances perçues s’accumulent dans un fonds souverain au bénéfice des générations futures. En 2013, le fond a atteint l’imposante somme de 5,11 billions (mille milliards) de couronnes norvégiennes (près de 900 milliards $C), ou un million de couronnes (plus de 175 000 $C) par habitant.

Quel contraste avec la situation qui prévaut au Québec. Non seulement nous n’avons pas de fonds de prévoyance pour les mauvais jours, mais chaque Québécois hérite d’une dette de plus de 55 000 $ (municipale, provinciale et fédérale) à sa naissance.

Pourquoi une telle différence alors que le Québec bénéficie de nombreux avantages économiques : abondance de richesses naturelles, population éduquée, proximité du marché américain, etc.?
Il semble bien que la principale différence entre les Norvégiens et les Québécois réside dans le style de gestion de l’État. En Norvège, les politiciens sont pleinement conscients qu’ils gèrent l’argent des contribuables et adoptent des comportements de bons pères de famille. Cette attitude prévaut autant dans la gestion de leurs dépenses personnelles que dans la gestion de la fonction publique et des investissements.

Au contraire au Québec, les politiciens considèrent qu’il faut profiter au maximum des fonds publics pendant qu’ils sont au pouvoir. Ils se servent à pleine main dans le plat de bonbons. La seule règle qui prévaut est celle de ne pas se faire prendre. Cette attitude domine autant la gestion de leurs dépenses personnelles que la gestion des ministères et des investissements. Il suffit de suivre les audiences de la commission Charbonneau pour s’en convaincre. N’oublions pas que pour chaque enveloppe brune du côté des bandits il existe une main tendue du côté de l’État.

De plus, comme pour nous faire oublier les abus et les dérapages, les politiques de développement économique sont empreintes d’angélisme vert. Mais l’angélisme, si électoralement rentable, nuit considérablement au développement de l’économie.

La bourse du carbone et les limites d’émissions de CO2 qui l’accompagnent nuisent à la compétitivité de nos entreprises. Déjà qu’elles souffrent d’un déficit de productivité, cette nouvelle contrainte n’augure rien de bon pour l’avenir.

Mais le plus ridicule est qu’on hésite encore à explorer le potentiel d’une industrie pétrolière et gazière québécoise par crainte d’être condamné par les disciples de la religion écologiste.

Gaspillage et frein au développement sont les ingrédients d’une recette infaillible pour maintenir les Québécois dans une pauvreté relative. 
Publier un commentaire