Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

La différence entre les oiseaux et les hommes politiques, c'est que les oiseaux s'arrêtent par moments de voler --- Coluche

________________________________________________________________________

22 novembre, 2013

Commissions scolaires : un autre comité bidon

Le 14 novembre dernier, la ministre Malavoy a dévoilé la composition du groupe d’experts chargé d’étudier le « comment » des commissions scolaires : financement, administration, gestion et gouvernance. Vous avez certainement, comme moi, remarquez que le mandat du groupe ne fait aucune référence au « pourquoi » des commissions scolaires. Le dogme péquiste : tous les problèmes peuvent être résouts en créant une nouvelle structure, sans jamais remettre en question les structures existantes.

D’ailleurs, le choix des membres de ce comité assure le gouvernement que l’existence des commissions scolaires ne sera pas remise en question.

La présidente : Mme Pauline Champoux-Lesage, ex-sous-ministre à l’Éducation, ex-protectrice du citoyen, graduée en science de l’éducation et en lettre. Je ne doute pas de la bonne volonté de Mme Champoux-Lesage, mais saura-t-elle imposer un agenda qui remettrait en question l’existence même des commissions scolaires? Je me permets d’en douter.

Trois membres de la commission seconderont la présidente :

Mme Diane Provencher : ex-directrice des Commissions scolaires des Premières-Seigneuries et de Beauport, ex-présidente de l’association des Directeurs généraux des commissions scolaires du Québec. Comment pourrait-elle suggérer l’abolition des commissions scolaire après avoir œuvré plusieurs années à promouvoir leur existence.

Mme Claire Lapointe : directrice du Département des fondements et pratiques en éducation de l'Université Laval et présidente de la Commission de l'enseignement préscolaire et primaire du Conseil supérieur de l'éducation. Je ne doute pas des compétences universitaires de Mme Lapointe, mais je doute que son parcours professionnel soit pertinent à ce dossier.

M. Marcel Leblanc : ex-sous-ministre associé au ministère des Finances, ex-sous-ministre du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et ex-secrétaire général associé aux Affaires intergouvernementales canadiennes. M. Leblanc est certainement un fonctionnaire de carrière de grande qualité, mais je vous laisse juger de la pertinence de sa nomination dans ce dossier.

Ce n’est certainement pas ce comité qui révolutionnera le merveilleux monde des commissions scolaires. Mais ce n’était pas le but de Mme Marois. Elle voulait seulement gagner du temps pour préparer la prochaine élection sans avoir à débattre d’une question aussi controversée que l’abolition des commissions scolaires. Ce comité est a été conçu sur mesure pour remplir ce mandat.
Publier un commentaire