Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

30 octobre, 2013

Le réchauffement climatique, un canular

De plus en plus de voix s'élève contre le canular du Groupe intergouvernemental d'experts sur les évolutions du climat (GIEC). Après Vincent Courtillot, c'est au tour de Lord Christopher Monckton de démolir les thèses du GIEC.
 
Dans cette vidéo, Lord Christopher Monckton maintient, devant un auditoire californien, que l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement est minime. Il démolit systématiquement les conclusions des rapports du GIEC. De plus, il conclut que les coûts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont onze fois plus importants que les coûts engendrés par le réchauffement climatique, le cas échéant. Il ajoute que le plan californien pour contrôler les émissions de gaz à effet de serre coûtera 450 milliards de dollars et n'aura pas d'effet perceptible sur le réchauffement climatique.

Ce qui est vrai pour la Californie l'est encore plus pour le Québec. À moins qu'un futur gouvernement ne mette fin au programme de réduction des gaz à effet de serre concocté par le PLQ et augmenté par le PQ, l'économie du Québec va continuer de régresser par rapport aux autres économies nord-américaines. À moyen terme (4 ou 5 ans) les agences de notation n'auront d'autres choix que de déclasser le Québec. Les frais d'intérêt sur la dette (plus de 255 milliards de dollars) exploseront et ce sera la faillite à la Grecque.

Oui, je sais, vous croyez que j'exagère. Les Grecs aussi croyaient que cela était impossible.

(La vidéo dure 57 minutes. Si vous la visionnez, vous serez doublement récompensés : vous obtiendrez des informations utiles sur le réchauffement climatique et en prime vous bénéficierez de l'humour britannique de Lord Monckton. Au minimum, vous devez visionner les quinze dernières minutes où Lord Monckton explique le ridicule des programmes de contrôle des émissions de gaz à effet de serre du point de vue économique.)


Publier un commentaire