Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

18 octobre, 2013

Le discours de la gauche écologiste, pu capable

S'il y a un discours qui me met en rogne, c'est celui de la gauche écologiste.


Ce n'est pas leurs opinions, mais le ton qui me donne des boutons. Leurs discours prônant la justice sociale et le respect de l'environnement sont souvent nécessaires aux débats, mais de grâce épargnez-moi le ton agaçant des sermons d'autrefois.


Par exemple, ce ton hautain et condescendant qu'emploie Steven Guilbeault pour dénoncer ceux qui se permettent de douter des conclusions du GIEC.

Le ton « Hors de la religion écologique, il n'y a point de salut.» ou

 
Le ton « Seule la foi permet de comprendre les mystères du réchauffement climatique. » ou encore

Le ton « Les consommateurs d'énergie fossile sont condamnés à l'enfer. »

Ce ton-là, je n'en peux plus. Comme si les dogmes de la gauche écologiste leur avaient été transmis directement par un Dieu tout-puissant.

Pour les représentants de cette gauche-là, tout ce qui touche l'environnement est sacré et non questionnable.

Même si on en entend peu parler dans les médias québécois, il y a des centaines de scientifiques qui doutent la thèse promue par le GIEC.

Vincent Courtillo, professeur de géophysique à l'Institut de physique du globe de Paris et membre de l'Académie des sciences, n'est quand même pas le dernier venu. Pourtant, il n'hésite pas à affirmer :


"Le gaz carbonique est un gaz essentiel à la vie. Ce n’est pas un polluant."

"Plus de la moitié des membres du GIEC ne sont pas des scientifiques, mais des administrateurs ou des bureaucrates."

"Pourquoi entre 1940 et 1970 la température baisse-t-elle alors que le gaz carbonique, la consommation pétrole et de carburant par l’homme augmente ?"

"Si le monde a fait face à une augmentation de 20 centimètres [du niveau des mers] au cours du XXe siècle, notre technologie et notre avancement sont tels que 45 centimètres ne seraient pas insurmontables au cours du XXIe siècle."

"Le mensonge d'État, c'est possible. Je pense que dans le cas particulier d'Al Gore et du film Une vérité qui dérange, on n'en est sans doute pas loin".

Texte inspiré par un texte de Richard Martineau
Publier un commentaire