Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

La différence entre les oiseaux et les hommes politiques, c'est que les oiseaux s'arrêtent par moments de voler --- Coluche

________________________________________________________________________

28 janvier, 2013

La Grève


Revue de livre par Damien Theillier

En 2013, la France sera-t-elle le pays de La Grève?

Demandez-vous: que se passera-t-il en 2013 si nos entrepreneurs disparaissent, si leur génie créateur n'alimente plus l'économie? La réponse réside dans La Grève. 

Dans ce roman prophétique (Atlas Shrugged, 1957, La Grève en français, traduit par Sophie Bastide-Foltz aux éditions Les Belles Lettres en 2011), Ayn Rand montre le prix à payer, par l'individu et par la société, lorsque la réussite individuelle dans la société est discréditée, punie et diabolisée. Après une crise majeure, la société menace de s'effondrer. Mais le plus grave c'est moins la situation économique que la folie collectiviste qui s'empare des politiciens. À force de nouvelles lois sur l'égalisation, d'interdictions de posséder plus d'une entreprise, de taxes punitives, les « hommes de l'esprit » (penseurs, industriels, scientifiques, artistes et autres innovateurs) se mettent « en grève » et refusent de contribuer à un monde qui leur impose une culpabilité imméritée.

John Galt, le héros du roman, est un ingénieur qui a décidé de faire sécession en quelque sorte et de disparaître. À la radio, il lance un appel à résister à l'oppression: les victimes doivent rejeter l'éthique collectiviste qui les condamne. « Nous sommes en grève contre l'auto-immolation. Nous sommes en grève contre le credo de récompenses non acquises et les devoirs sans récompense. Nous sommes en grève contre le dogme selon lequel la poursuite de son bonheur est mauvais. Nous sommes en grève contre la doctrine que la vie est la culpabilité. »

Les révolutions sont souvent sanglantes. Mais la révolution imaginée par Ayn Rand dans son roman est différente: c'est la grève des hommes de l'esprit contre une société qui pratique le pillage sous couvert d'altruisme et de philanthropie. Son héros n'est pas un chef de guerre, mais un ingénieur. C'est une adaptation contemporaine du droit de résistance, tel qu'il a été défini par la scolastique médiévale, par John Locke au XVIIe siècle, puis par la Déclaration des droits de l'homme de 1789.

Dagny Taggart est un personnage central de La Grève. Elle est vice-présidente en charge des opérations de la Taggart Transcontinental, une société de chemin de fer familiale. En raison de l'incompétence de son frère James Taggart, occupé à obtenir des privilèges du bureaucrate corrompu Wesley Mouch à Washington DC, c'est elle qui assume seule la responsabilité de l'entreprise.

Elle est un exemple rare d'une vie vécue par ses propres moyens et pour ses propres valeurs. En tant qu'ingénieure et femme d'affaires, elle fait preuve d'un savoir-faire exceptionnel. Dagny comprend le pouvoir de la responsabilité personnelle et du choix. Ses actions illustrent la logique propre au libre marché. Elle est aussi confrontée à la vive opposition des bureaucrates et syndicalistes qui tentent de s'emparer du contrôle de sa société. Elle est continuellement harcelée, taxée, ou réglementée ‒ et cela au nom de l'intérêt public ‒ jusqu'à la faillite.

Francisco d'Anconia est un ami de John Galt. C'est un provocateur doué d'une ironie corrosive. Sa manière à lui de faire la grève, c'est de ruiner par tous les moyens le système collectiviste et de ridiculiser les bureaucrates arrogants et prétentieux. Il se rapproche de Dagny Taggart pour l'aider à résister:

« Nos ennemis ont empoché l'argent qu'ils ne méritaient pas, mais aussi les honneurs que nous méritions et que nous n'avons pas reçus. Notre faute est là. Nous avons aidé l'humanité à survivre, mais nous avons laissé les hommes nous mépriser. Nous avons encensé ceux qui voulaient notre perte. Nous les avons laissé vouer un culte à l'incompétence, à la violence, aux exploiteurs, aux parasites. En acceptant d'être punis, non pour les fautes que nous aurions pu commettre, mais pour nos qualités, nous avons trahi nos valeurs et accrédité les leurs. Dagny, leur morale est celle des preneurs d'otages. Notre amour de la vertu est pris en otage. Ils savent que tu es capable de tout supporter pour travailler et produire. Parce que tu sais que se réaliser est l'idéal le plus élevé qui soit; parce que l'homme ne peut pas vivre sans cela, et que cet amour de la vertu n'est autre que l'amour de la vie. Ils savent que tu accepteras de porter n'importe quel fardeau pour servir ton idéal. Dagny, tes ennemis se servent de tes capacités, de ta générosité, de ta résistance, pour te détruire. Ils n'ont qu'une seule prise sur toi: ton inégalable droiture. Ils le savent. Pas toi! Ils ne craignent qu'une chose: que tu t'en rendes compte. Tu dois comprendre comment ils fonctionnent. Tu ne t'en libéreras qu'en ayant compris. Mais quand tu auras compris, ta colère sera si violente que tu préféreras faire sauter tous les rails du réseau plutôt que de laisser la Taggart entre leurs mains. » (p. 623-624)

Dagny est attirée par l'industriel Henry Rearden (Hank), l'un des rares hommes dont elle admire le génie et l'engagement au service de ses propres idées. Rearden possède l'entreprise sidérurgique la plus importante des États-Unis, Rearden Metal, une entreprise spécialisée dans les alliages de métaux. Rearden a mis au point un alliage métallique nouveau, plus résistant que l'acier, qui offre des perspectives technologiques extraordinaires. Pour Rearden, l'innovation seule peut empêcher la société de sombrer dans le chaos. Mais il est haï par tous les parasites qui veulent lui faire payer sa réussite, en particulier les politiciens. Pourtant, Hank Rearden est un industriel qui améliore la qualité de la vie de tous et mérite sa récompense. Francisco d'Anconia s'adresse également à Hank Rearden en ces termes:

« Vous qui ne vous laissez pas impressionner par les forces de la nature, vous n'avez de cesse, au contraire, de la conquérir, pour la mettre au service de votre bonheur et de votre confort, jusqu'où vous faites-vous exploiter par les hommes? Vous qui savez, par votre travail, que seul celui qui accumule les échecs mérite une sanction, pourquoi endurer tout cela? Pourquoi? Ce ne sont pas vos défauts, mais vos plus grandes qualités qui vous valent d'être attaqué. Ce ne sont pas vos échecs qui vous valent d'être détesté, mais vos succès. On vous méprise pour ces qualités qui sont les vôtres et dont vous tirez la plus grande fierté. On vous a traité d'égoïste parce que vous avez le courage d'agir selon votre jugement et d'en accepter toute la responsabilité. On vous a accusé d'arrogance en raison de votre indépendance d'esprit. On vous a taxé de cruauté parce que vous avez témoigné d'une totale intégrité. On vous a qualifié votre conduite d'antisociale parce que vous regardiez loin devant vous et que vous vous aventuriez sur des routes inconnues. On vous dit sans pitié à cause de l'énergie et de la discipline personnelle dont vous avez fait preuve pour atteindre votre objectif. On vous a traité de requin parce que vous avez la merveilleuse faculté de créer des richesses. Vous qui avez toujours déployé une incroyable énergie, on vous a traité de parasite. Vous qui avez créé l'abondance, là où, auparavant, il n'y avait rien que déserts et famine, on vous a traité de voleur. Vous qui avez procuré à tant d'individus de quoi subsister, on vous a traité d'exploiteur. Vous, l'être le plus droit, le plus pur, vous avez été méprisé comme un “vulgaire matérialiste”. Leur avez-vous demandé: de quel droit? En vertu de quelles règles, de quels critères? Non, vous avez tout enduré en silence. Vous avez subi leurs lois sans même essayer de défendre vos principes. Vous aviez ce qu'il fallait de droiture pour produire le moindre clou, mais vous les avez laissés vous taxer d'immoral. » (p. 460-461)

Le roman, écrit avec un génie littéraire unique, a suscité l'inspiration et la controverse depuis sa publication en 1957. Quelle est sa pertinence pour nous aujourd'hui? Après la révolte des « pigeons » et l'exil de Gérard Depardieu, la France n'est-elle pas en train de devenir le pays de La Grève? Début décembre, Depardieu déclarait: « Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés. » Fin décembre, Bernard Tapie révélait que Montebourg avec « tout l'appareil d'État » était prêt à favoriser la candidature de son rival le groupe Rossel « en lui prêtant 50 millions d'euros ».

La France est dirigée par un président qui n'aime pas les riches. Un président à l'image des Français... Récemment, un sondage LCI-Opinion Way (29 novembre 2012) montrait que 59% des Français étaient favorables à la nationalisation de Florange et, parmi eux, 35% des électeurs de N. Sarkozy! En 2013, la réalité peut-elle rejoindre la fiction? Voulons-nous vivre dans le monde de La Grève?

À lire: Alain Laurent, Ayn Rand ou la passion de l'égoïsme rationnel, Les Belles Lettres, 240 p., 24 €.

Sur le web: Ayn Rand un an après, le come back | Ayn Rand, une essayiste victime de la caricature |Ayn Rand, Robert Nozick et les droits naturels | Métaphysique et épistémologie chez Ayn Rand |Ayn Rand et la déroute de l'Amérique | L'origine française du laissez-faire. Par Ayn Rand | Lettre de Mises à Ayn Rand pour la parution d'Atlas Shrugged | Qui est Ayn Rand?

* Article publié le 7 janvier 2013 sur 24hGold. **Damien Theillier est président de l'Institut Coppet et professeur de philosophie à Paris.
Publier un commentaire