Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Les Hells ne devraient pas s’installer à Québec. C’est le territoire des libéraux. --- Michel Beaudry

________________________________________________________________________

18 janvier, 2013

Fiscalité : la courbe de Laffer


Il y a un dicton qui dit : trop d’impôt tue l’impôt. Les gauchistes prétendent que ce dicton est un mythe véhiculé par les capitalistes.

Pourtant, l’économiste Arthur Laffer a démontré que ce dicton reflète bien la réalité. La courbe de Laffer est une modélisation économique démontrant que la relation positive entre croissance du taux d’impôt et croissance des recettes fiscales s'inverse lorsque le taux d'imposition devient trop élevé.

Christina Romer, qui a conseillé les administrations Clinton et Obama, considère que le taux d’imposition optimal est de 33 % :

However, although Romer-Romer article did not explicitly discuss theLaffer Curve, its results imply that the hump rate is much lower, something like 33%. To see this consider the following example. Suppose a country’s GDP is $100 billion, and suppose its tax rate is 33%. Then its tax revenue will be 33% of $100 billion, or $33 billion. Now suppose it raises taxes to 34%. If the Romer-Romer result is accurate, then this will decrease GDP by 3% to $97 billion. Tax revenue will be 34% of $97 billion, or $32.98 billion. Note that this is slightly less than the revenue at the 33% rate. If you experiment with other tax rates, you’ll see that revenue is maximized when the tax rate is 33 1/3 %. Moreover, as the tax rate increases to rates higher and higher than 33 1/3 %, government revenue becomes smaller and smaller.

Les politiciens anglais l’ont appris à leurs dépens. En 2010, le gouvernement anglais avait haussé les impôts des plus riches, afin de rétablir les finances de l'État. Or, le gouvernement s'est retrouvé avec moins de revenus au total. L'effet net de la mesure a été négatif, si bien que le gouvernement a fait marche arrière.

Malgré les avis répétés des économistes et l’expérience anglaise, les gauchistes français, guidés par leur gourou, François Hollande, foncent allègrement vers le désastre. Qu’importe la réalité économique, pourvu que le bon peuple n’y voie que du feu et le bon peuple sera toujours prêt à croire que les riches doivent payer plus.

Publier un commentaire