Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

Les Hells ne devraient pas s’installer à Québec. C’est le territoire des libéraux. --- Michel Beaudry

________________________________________________________________________

06 août, 2012

Les mauvais mèmes, cause de l’interventionnisme étatique

Il existe dans la culture québécoise une croyance bien ancrée selon laquelle l’intervention de l’État dans l’économie est utile, voire nécessaire. Cette croyance est abondamment entretenue par tous les faiseurs d’opinions interventionnistes qui pullulent dans les grands médias, en particulier au Devoir et à Radio-Canada.

Cette croyance n’est pas due à une carence génétique chez les Québécois, mais au phénomène des mèmes. Les mèmes sont à la culture ce que les gènes sont à la santé.  Wikipédia définit un mème comme suit :

Toute culture est constituée d’unités échangeables, qu’elle véhicule d’un individu à l’autre, et se maintient ainsi au travers du temps en subissant toutefois des variations. Leur rôle peut être banal (par exemple : titre de chanson à la mode, marque très connue, …) ou crucial pour la vie en société (par exemple : paradigme, convention commune, protocole …). Un mème peut être largement répandu, car il tend à se diffuser par lui-même une fois franchie une masse critique d’utilisateurs du terme (percolation).

Si les mauvais gènes sont la cause de maladie chez les personnes, les mauvais mèmes sont la cause de la maladie la plus grave de l’économie québécoise, l’interventionnisme étatique.

De nombreux mauvais mèmes perpétuent la popularité de l’interventionnisme étatique dans la culture québécoise :

  •    Les services gouvernementaux coûtent moins cher parce que le gouvernement ne fait pas de profit;
  •  Les profits des entreprises gouvernementales (Hydro, SAQ, Loto Québec) retournent à la population sous forme de services;
  •  Le gouvernement doit subventionner les entreprises parce que les autres le font;
  •    Les subventions génèrent des retombées économiques positives;
  •  Etc.

Ces mauvais mèmes véhiculent des notions et idées courantes à propos de l’interventionnisme étatique. Ils sont facilement transmissibles et se propagent comme une épidémie. Ils sont très difficiles à combattre. Lorsqu’ils contaminent une portion suffisante de la population, ils sont susceptibles d’entraîner des réactions politiques irresponsables : monopoles étatiques, réglementations nuisibles, programmes de subventions inutiles, etc.
Publier un commentaire