Chaque Québécois doit 67 700 $

_______________________________________________________________________

11 septembre, 2013

Entrepreneuriat : si au moins le ridicule tuait

Non seulement le Québec souffre-t-il d’embonpoint réglementaire, mais en plus ceux-ci sont interprétés étroitement par les fonctionnaires. Alors que la réglementation a pour objectif de faciliter le bon fonctionnement de la société, on a souvent l’impression qu’ils servent plutôt à occuper les fonctionnaires.

L’Office québécois de la langue française a pour mission de veiller à la prépondérance du français dans le domaine public. Mais au fil des ans l’OQLF s’est transformé en une bureaucratie à l’esprit étroit où la lettre de la loi a préséance sur son esprit. Cela donne des anecdotes comme le « pastagate » et ridiculise le Québec à travers le monde.

Comme si cela n’était pas suffisant, les bureaucrates du Registraire des entreprises se permettent de refuser des demandes d’enregistrement d’entreprise sous prétexte que le nom choisi aurait une consonance trop anglophone. (Voir le blogue de Lise Ravary)

Déjà qu’une multitude de règlements interprétés étroitement par les fonctionnaires constituent un défi titanesque pour les futurs entrepreneurs, ils auraient bien pu se passer de cette dernière embûche. Ce n’est pas exactement la meilleure façon de promouvoir l’entrepreneuriat québécois.

Le zèle des fonctionnaires du Registraire des entreprises a été la goutte d’eau qui a fait déborder le verre de Xavier Ménard.


Publier un commentaire