Le Québec s'endette au rythme de 19 millions $ par jour.

_______________________________________________________________________

17 avril, 2013

Dette : à trop jouer avec le feu, on finit par se brûler

Depuis la débâcle financière de 2007, les politiciens conseillent à la population de réduire leur endettement en prévision d’une augmentation éventuelle des taux d’intérêt. Mais ces mêmes politiciens endettent le gouvernement, donc la population, à des rythmes qui frisent l’indécence. Au Québec, malgré toutes les belles promesses des politiciens, la dette, déjà stratosphérique (127 500 $ et 71 500 $ par famille de quatre au provincial et au fédéral respectivement), augmente au rythme de 23 M$ par jour.

Les gens voient bien que ce n’est qu’une question de temps avant que tout s’écroule comme ce fut le cas en Grèce et à Chypre. Ils se disent qu’il vaut mieux en profiter pendant que ça dure. Donc, ils empruntent pour voyager, se payer la dernière télévision, pour acheter la voiture de leur rêve, sans trop se soucier de ce qui arrivera demain. Le résultat : l’endettement des ménages par rapport aux revenus disponibles atteint le sommet intenable de 165 %.

Mais peut-on vraiment les blâmer? C’est quand même mieux d’emprunter pour satisfaire ses propres besoins que de se faire imposer une dette pour satisfaire les besoins des syndicats, des entreprises, des écolos, des fonctionnaires, etc. On joue avec le feu depuis trop longtemps, on finira par se brûler. Ce n’est qu’une question de temps avant que les taux d’intérêt augmentent et que les agences de notation mettent le gouvernement au ban des mauvais créanciers.

Ceux qui se seront endettés au-delà de leur capacité financière se tourneront alors vers le gouvernement pour amoindrir le choc. Mais il sera trop tard. Le gouvernement ne pouvant plus emprunter, les politiciens n’hésiteront pas à dépouiller ceux qui auront eu la sagesse ou la naïveté de faire des économies pour sauver les groupes d’intérêt solidement accrochés aux mamelles de l’État. Mais il n’y aura rien pour les individus, car dans un paradis socialiste ou capitaliste de copinage, les individus sont toujours sacrifiés au profit de la « collectivité », ou si vous préférez, des groupes d’intérêt.

Publier un commentaire