Chaque Québécois doit plus de 34 000 $ au provincial seulement

Je participe à Poolpolitique

________________________________________________________________________

Vaut mieux en rire!

En campagne, ils avaient dit : « Notre politique est axée sur les familles. » Mais, ils voulaient dire : « Notre politique est taxée sur les familles. » --- Michel Beaudry

________________________________________________________________________

25 janvier, 2018

La pluralité des mondes possibles


Par Louise V. Labrecque

Nous vivons à une époque exceptionnelle dans l’histoire de l’humanité.  En effet, nous sommes désormais sortis des mythes anciens qui décrivaient, d’une manière ou d’une autre, la création de l’Univers.  Nous sommes sortis d’une vision du monde  réductrice, étriquée, qui traçait invariablement une frontière nette entre le Ciel et la Terre, entre le Bien et le Mal, entre les Arts et les Sciences.  Cette vision manichéenne du monde plaçait la planète Terre au centre de l’Univers, tel un nombril originel, et la religion était, de ce fait, profondément imprégnée de la pensée d’Aristote.  Toutefois, dès l’instant où Galilée découvrit ses nouveaux détails astronomiques dans «  le ciel divin », nous étions déjà passés de l’autre côté du miroir.  Et, nous connaissons la suite ; surtout l’impact que ces observations, désormais célèbres, eurent sur la vie des idées. Pour ce faire, il a fallu néanmoins vaincre la censure, tant Galilée et ses travaux eurent la vie dure en son temps, tant elles furent méprisées, ne soyons pas étonnés, par une telle expression de la bêtise. En effet, Galilée, fort intelligent et possédant une véritable originalité, fut traité de manière condescendante par tous les imbéciles et autres complexés autour de lui, réduisant ses découvertes audacieuses à un blablatage insipide et inepte, allant jusqu’à se moquer du ridicule de ses conclusions ; finalement, ce fut un compliment de bas étage de la part de ces fanatiques,  servant la science alors plus que jamais telle une véritable chapelle idéologique. Ainsi, et l’Histoire se souvient : cette découverte non seulement agira à la manière d’un effet de levier afin de vaincre l’imbécilité de son temps, mais celle-ci eut également un impact extraordinaire sur l’avenir de la civilisation en général et sur la recherche scientifique en particulier.

Ainsi, les travaux de Galilée – et son traitement- furent éloquents tant qu’à la pertinence de cultiver un véritable libre arbitre, pour un esprit critique loin de la facilité. De même, la nécessaire curiosité intellectuelle est bien la preuve de son effet salvateur, non seulement pour un esprit génial tel Galilée, mais pour tout le monde, en particulier pour les jeunes esprits de demain. De ce fait, cela est fascinant de constater combien  les questionnements existentiels persisteront toujours dans la tête des gens.  Ainsi, les astronautes, ayant fait le tour de la Lune à bord des missions Apollo, ont dû répondre à la question : « Avez-vous rencontré Dieu derrière la Lune ? ».  Dieu ne s’y trouvait pas.  En revanche, l’une des surprises de notre temps aura été de découvrir que les étoiles, dont le Soleil, se comportent comme de véritables instruments de musique, émettant des sons, par des vibrations internes, semblables à des caisses de résonnance, et détectables par des instruments sophistiqués, analysant la lumière des vibrations stellaires.  Ainsi, à défaut d’être audibles, la « musique des étoiles » est visible.  En effet, il existe plus de 200 milliards d’étoiles dans notre Galaxie, dont beaucoup sont entourées de planètes… Je vous laisse imaginer la symphonie !

De même, imaginez également ceci : pour chaque étoile, compte tenu de sa luminosité et de sa température, on peut définir une « zone habitable ».  C’est ainsi que  « la pluralité des mondes possibles » a fait son entrée dans la recherche scientifique contemporaine. Toutefois, de par le poids de l’histoire, tout en prenant conscience de l’étendue des connaissances et des découvertes scientifiques, c’est avec humilité, presque un genre de tendresse,  que l’on parcourt le livre de Sylvie Vauclair.  En effet, nous sommes de nos jours loin, très loin, du postulat initial de l’antique image de la Terre, centre du monde et entourée de quelques planètes.  Cela oblige les esprits à entrevoir, peut-être, la possibilité des « autres mondes » : plusieurs « Super Terre » ont été découvertes à ce jour, ainsi que plusieurs « objets célestes », tellement nombreux qu’il serait trop long de les énumérer ici. Par ailleurs, cet ouvrage n’est pas un ouvrage faisant la nomenclature des composantes du cosmos, toutefois, il s’agit d’un véritable plaisir de lecture. Celui-ci alimente également nos réflexions sur la nécessité de vaincre, une bonne fois pour toute, la bêtise, celle qui mute constamment, et qui aime ramper pour se mettre servilement au service de la pensée médiocre et vulgaire.

De ce fait, l’être humain n’étant plus le centre de l’Univers, il lui faut encore s’y habituer.  L’évolution des connaissances en physique et en astrophysique est telle qu’elle invite, tout naturellement, à la méditation.  Ce qui est mit en lumière dans cet ouvrage, c’est un également un discours qui pourrait paraître ésotérique, s’il n’était appuyé d’un solide corpus scientifique. En somme, aurions-nous toutes et tous comme un genre de destin cosmique ? Pour l’auteure, Sylvie Vauclair et Hubert Reeves, lequel signe la préface de ce livre La Terre, l’espace et l’au-delà, cela est très clair : nous venons du cosmos et nous retournerons au cosmos.  Il devient donc fascinant de se projeter personnellement, d’aller au-delà, de transgresser quelque peu, afin de découvrir sa véritable raison d’être dans ce contexte, lequel est bel et bien le nôtre. 

En somme, cet ouvrage sans pareil nous invite, avec une belle fraîcheur intellectuelle à se laisser lire et relire. Il est écrit par Sylvie Vauclair, agnostique et  ancienne élève d’Hubert Reeves, lequel se passe de présentation tant ses travaux parlent d’eux-mêmes.  C’est un livre vulgarisé avec sensibilité et qui fait le tour de la planète Terre, cette planète océane, en passant par le système solaire, la naissance des mondes,  leur fin, sans oublier la pluralité des mondes possibles, pour se terminer avec un épilogue fascinant, lequel invite à la méditation poétique. 

Astrophysicienne et professeur à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, Sylvie Vauclair a publié plus de deux cent articles de recherche scientifique et signe de nombreux ouvrages sur les thèmes de l’astronomie et de la planétologie, dont La symphonie des étoiles et La Chanson du Soleil.  Elle a entrepris depuis plusieurs années un remarquable travail de vulgarisation, en mettant à la portée du grand public d’innombrables découvertes scientifiques en matière d’astrophysique et d’astronomie. À la manière d’une étoile, Sylvie Vauclair diffuse démocratiquement des informations importantes pour notre avenir à tous.  De son travail incomparable, fusent des questionnements et des réflexions essentiels à la pensée humaine, voire à notre vie tout court, pour l’avancement intellectuel certes, mais également pour les enjeux touchant aux questions de la justice sociale et de la dignité humaine. 


VAUCLAIR, Sylvie :  La Terre, l’espace et au-delà,  Paris, édition Albin Michel, 2009. 
Publier un commentaire